La naturopathie africaine un art thérapeutique et un patrimoine

journee femme africaine rosa melitti naturopathie art therapeutique patrimoineNée à l'aube des civilisations, la naturopathie africaine a contribué à entretenir et à sauvegarder la vie des collectivités à travers les âges. Aujourd'hui encore c'est elle qui maintient la santé et le bien-être en Afrique. Elle est l’art thérapeutique africain par excellence. Forte de six à sept millions d’années d’existence, elle est héritière de la mise en contact et de l’harmonie avec la nature. Toute rupture avec cette dernière est une rupture avec les lois qui la gouvernent, un déséquilibre dans l’existence même de l’humain.

La naturopathie africaine représente un héritage fondamental au regard de la population. Elle est issue de coutumes, de modes de vie, de croyances et de théories qui sont utilisées pour maintenir les êtres humains en bonne santé ainsi que pour prévenir, traiter et guérir des maladies physiques et mentales, qui peuvent causer des déséquilibres. Ainsi la population africaine possède-t-elle un art de guérison fondé sur la manière de vivre et de voir le monde. La personne étant considérée dans son intégralité, soigner revient à procurer un bien-être intégral. Tout ce qui fait partie de l’univers de la personne est donc à prendre en compte : lumière, plantes, animaux, pensées, car elles ont, d’une manière ou d’une autre, une influence sur la santé. Bien souvent des rituels, des incantations ou cultes accompagnent certaines méthodes thérapeutiques en naturopathie africaine. Par exemple, une femme camerounaise est tenue de ne pas retomber enceinte dans les deux à cinq mois après l’accouchement de son premier enfant, sinon ce dernier risquerait de présenter des retards de croissance.

Mère des sciences naturelles, la naturopathie africaine se présente comme une stylisation du caractère humain à partir des lois de la nature, comme une recherche d’harmonie entre l’humain et son milieu de vie. L’Homme puise dans la nature les ressources dont il a besoin pour connaître les maladies et les maîtriser par un procès thérapeutique. Mieux, il s’est identifié à la nature dont il est une composante, en la pénétrant dans ce qu’elle a de plus profond.

Par chance l'Afrique a su garder ses sorciers. Ces sages détenteurs du savoir ont su préserver leur science et leur art de guérir sous différents rituels mystico-religieux et spirituels. Leur principale matière d'utilisation est le règne minéral, végétal et animal ainsi que l'appel des esprits et des ancêtres lors des rituels d'incantation de guérison. En Afrique, la Nature est un symbole de pureté, de paradis et d’innocence qui se transforme en une quête de spiritualité. Cet univers représente l’une des sources principales des soins primaires dans leur pays.

Les origines du savoir des naturopathes en Afrique

L’origine du savoir des naturopathes implique des révélations venant du monde des esprits. Cette perception des choses se confirme parfaitement dans les sociétés africaines traditionnelles. Ce sont des prêtres, des voyants, des guérisseurs, des incantateurs à même de diagnostiquer l’origine surnaturelle d’un trouble pathologique, d’intercéder favorablement auprès des Dieux irrités par le comportement de l’humain et de réparer par des procédures appropriées le mal occasionné par le « coupable ». Les plantes sont au centre de leurs pratiques thérapeutiques dans leur dimension physique afin de soulager et d’apaiser le malade.

journee femme africaine naturopathie africaine art therapeutique patrimoineLes naturopathes africains possèdent un savoir-faire transmis de génération en génération par voix orale. Cela représente un héritage précieux en Afrique. Dans la conception africaine l’être humain est un organisme vivant de rapports sociaux cosmiques et spirituels. Il est un TOUT en rapport avec tout ce qui est terrestre, extraterrestre et cosmologique. C’est un être créé par Dieu pour vivre en harmonie avec le monde visible et invisible avec l’obligation quasi sacrée de connaître et de respecter les lois de ce monde et de la société dans laquelle il réside, entre l’humain et ses relations verticales qui vont depuis l’ancêtre fondateur, jusqu’aux descendances futures.

Le concept africain du mal-être et de la maladie n’est pas original. On le retrouve depuis la nuit des temps, dans les sociétés humaines avant et après l'ère chrétienne. C’est un concept fondé essentiellement sur la sensibilité et la pensée des anciens intimement imprégnés d’animisme. En milieu Africain, le mal-être de la population n’est pas un simple dérèglement d’organe, d’un ou de plusieurs systèmes du corps. Il représente un déséquilibre qualitatif, quantitatif et proportionnel entre ses différentes composantes. Son diagnostic sur une étude constructive qui passe par l’appréhension de la personne dans sa globalité, ce à l’aide d’une approche diagnostique couvrant les aspects biologiques, physiques, cliniques, physiologiques, énergétiques, psychiques et spirituels. Nous constatons donc que la pratique de la naturopathie africaine vécue de nos jours en Afrique remonte au temps des anciens où se mêlaient naturel et surnaturel. Celui-ci repose sur la croyance en un monde des Dieux et d’esprits où les maladies prennent racine et d’où viennent des messages ainsi que des connaissances.

Les acteurs de la naturopathie en Afrique

En Afrique les naturopathes peuvent avoir plusieurs compétences. Ainsi :

Les phytothérapeutes : qui utilisent uniquement les vertus préventives et curatives des plantes pour soigner les maladies et apaiser les douleurs. Ils sont nombreux en milieu rural où vivent les populations les plus démunies.

Les spécialistes des thérapies manuelles : spécialistes des massages et des manipulations du corps visant à apporter un bien-être optimal et à soulager les douleurs, ils donnent des soins avec les mains nues.

Les spiritualistes : auteurs spéciaux des troubles humains, certains ont la faculté de poser le diagnostic métaphysique des affections. Ils sont ritualistes, devins, spiritistes, voyants, occultistes et féticheurs.

D’autres se distinguent de ce groupe en ce sens qu’ils ont recours uniquement à des prières pour le rétablissement de la santé mentale. On y trouve les religieux, prêtres, prophètes et marabouts. 60% de la population ont recours à ces spiritualistes.

Les accoucheuses traditionnelles : Elles procèdent aux accouchements et prodiguent à la mère et au bébé des soins traditionnels qui sont reconnus dans leur collectivité.

Les guérisseurs : ce sont des thérapeutes traditionnels qui traitent par des méthodes extra-médicales. Ils sont capables de diagnostiquer les affections et de prescrire les plantes médicinales appropriées. Ils acquièrent leur pouvoir par initiation et par transmission.

Les rebouteux guérissent par des procédés empiriques les luxations, les fractures, les entorses et les douleurs articulaires.

La naturopathie africaine prend donc racine essentiellement dans son terrain socioculturel, avec ses coutumes, ses rites et ses croyances. A cela s’ajoute la conception holistique de chaque individu et l’utilisation thérapeutique des plantes médicinales.

A propos de l'auteure

Rosa Haifa Melitti

Guest spéciale de l’édition 2017 de la contribution digitale à la Journée Internationale de la Femme Africaine, Présidente de la Conférence des Femmes Africaines en Suisse, Rosa Haifa Melliti est également docteur en Naturothérapie spécialiste des thérapies ancestrales africaines et praticienne en relation d'aide, co-fondatrice de la Fédération Africaine des Naturopathes et gérante d'un centre de thérapie ethnique à Epinac-France. En tant que consultante et formatrice en thérapie alternatives appliquée, elle propose des sessions d’entraînement de vie avec une base intuitive et multiculturelle. Vous trouverez sa bio complète, un accès aux entretiens accordés à la contribution digitale ainsi que les liens vers ses sites sur sa page dédiée : Rosa Haifa Melitti 

On partage ?
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus